Le marché de la facture instrumentale française

Réalisée par le CREDOC pour le compte de la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale (CSFI), en partenariat avec le Ministère de l’Economie et des Finances (DGE), cette étude vise à caractériser la demande d’instruments de musique sur le marché français, et analyse les perspectives d’adaptation de l’offre.

Capture d’écran 2018-06-27 à 12.03.54

Synthèse :

Le marché français des instruments de musique s’élève à près de 1,6 million de ventes annuelles, dont près de 1,2 million (74 %) d’instruments neufs et 0,4 million d’instruments d’occasion. Environ la moitié (47 %) des produits neufs sont situés en entrée de gamme, et seulement 6 % en haut de gamme. Le marché français des instruments neufs est ainsi évalué entre 375 et 417 M€ HT, et celui des accessoires entre 100 et 150 M€ HT.

On observe une grande variété de profils parmi les acheteurs, notamment en termes d’âge et de pratique. L’offre française d’instruments de musique est historiquement positionnée sur le haut de gamme, avec une forte notoriété internationale. Activité artisanale à haute valeur ajoutée, la facture instrumentale française est portée par quelques entreprises leaders très exportatrices, en particulier d’instruments à vent. Mais le marché français étant très ouvert aux importations, notamment de produits d’entrée ou de milieu de gamme en provenance d’Asie, la balance commerciale du secteur est structurellement négative. La R & D constitue dès lors un levier majeur de différenciation dans un environnement concurrentiel mondialisé.

Consulter l’étude sur le site de la CSFI 

Lire l’interview de Jacques Charbonneaux, chargé de mission à la CSFI :
« Il existe un grand écart entre la demande et l’offre d’instruments de musique »