Classements : un nouveau «Top streaming» à compter du 10 septembre

Aux classements des meilleures ventes de musique physiques et en téléchargement, réalisés toutes les semaines par l’institut Gfk, s’ajoutera à compter du 10 septembre un Top streaming des 200 titres les plus écoutés sur ce mode en France. Cette mesure officielle sera prise en compte pour la délivrance des certifications (Disques d’or, de platine, de diamant).

Face à la montée en puissance du streaming dans les modes de consommation de la musique en ligne en France, les producteurs de musique membres du SNEP et les plateformes de streaming membre de l’ESML (Editeurs de services de musique en ligne) ont décidé de mettre en place, en partenariat avec l’institut Gfk, un classement hebdomadaire des meilleures écoutes en streaming, dont la première publication aura lieu le 10 septembre.

« Le streaming est désormais en France le mode de consommation en ligne prépondérant, devançant même depuis quelques mois la pratique du téléchargement à l’acte. La mesure officielle des performances des titres en streaming est donc devenue un outil indispensable d’appréciation du marché de la musique enregistrée », justifie le syndicat national des producteurs de musique dans un communiqué.

Avec 7 millions d’utilisateurs dont plus de 2 millions d’abonnés, 30 millions de titres disponibles légalement, et 10 milliards d’écoutes enregistrées en 2013, le streaming musical, ou écoute de musique à la demande sur Internet et sur les mobiles, devient une pratique de plus en plus répandue. Au cours du mois écoulé, 70 % des consommateurs de musique en ligne français ont écouté de la musique en streaming (audio ou vidéo). Et 57 % au cours des 7 derniers jours.

A titre de comparaison, le pourcentage d’internautes français ayant utilisé un service de téléchargement légal au cours des six derniers mois n’est que de 9 %, contre 36 % pour le streaming musical audio ou vidéo. Malgré les disparités entre territoires, cette tendance d’une montée en puissance du streaming se vérifie à l’échelle mondiale. Avec la Suède, la France est l’un des pays européens où elle est le plus marquée.

Cette montée en puissance du streaming se traduit également dans la structure des revenus des producteurs de musique membres du SNEP en provenance du numérique. Ainsi, pour la première fois au premier semestre 2014, les revenus du streaming ont été supérieurs à ceux du téléchargement, et ont pesé 53 % du marché numérique de la musique en France, contre 41 % au premier semestre 2013, et 39 % un an plus tôt sur la même période.

Le Top streaming hebdomadaire mis en place regroupera chaque semaine les 200 meilleures écoutes des plateformes membres de l’ESML (Deezer, Orange, Fnac, Music Me) ainsi que celles de Spotify, Google Play, Napster, Qobuz et Xbox sur les offres payantes et gratuites (financées par la publicité). La méthodologie adoptée correspond aux préconisations de l’IFPI : une écoute gratuite sera égale à une écoute payante. La durée d’écoute pour la prise en compte d’un titre sera de 30 secondes minimum.

« Afin de disposer d’un classement général des meilleures ventes de titres tous canaux de distribution confondus, le Top streaming sera agrégé dès octobre avec le Top téléchargement actuel », précise le SNEP. Dans les mois à venir, les certifications que le syndicat de producteurs délivre (Disques d’or, de platine, de diamant) prendront également en compte les scores réalisés en streaming.

« Trente ans après la naissance du Top 50, la création de ce Top streaming illustre l’attention que portent le SNEP et ses partenaires à la migration des usages en ligne », commente Guillaume Leblanc, directeur général du SNEP. Pour Ludovic Pouilly, président de l’ESML, « C’est un excellent signe envoyé par l’industrie musicale, une reconnaissance du streaming comme mode majeur de consommation de la musique numérique ».