La consommation de musique dans le monde

L’IFPI publie un panorama de la consommation mondiale de musique qui décrypte les nouveaux usages des consommateurs dans les 20 principaux marchés de la musique enregistrée dans le monde. Où, quand et comment consomme-t-on de la musique ?

DpDk5LrXgAAXGFF

« Ce panorama démontre à quel point la musique est étroitement liée à la vie du public dans le monde entier » estime Frances Moore, Chief Executive de l’IFPI.
Les résultats de l’édition 2018 de ce rapport en attestent puisque nous écoutons 17,8 heures de musique par semaine en moyenne !

Les points clés de l’étude :

  • La musique est complètement partie prenante de notre vie quotidienne : en moyenne, nous en écoutons 17,8 heures par semaine, la voiture étant le lieu d’écoute le plus populaire.

Capture d’écran 2018-10-09 à 15.43.26

  • Le streaming est omniprésent : 86% d’entre nous écoutent la musique grâce à un service de streaming à la demande. Les jeunes consommateurs sont ceux qui s’adonnent le plus à cette pratique, 57% d’entre eux utilisant un service payant de streaming audio.
  • Le public est attaché aux genres musicaux propres à son pays : les consommateurs font la part belle aux productions locales dans leurs choix d’écoute, avec par exemple 69% des français qui écoutent de la chanson française, 66% des japonais écoutent la J-pop et 55% des brésiliens écoutent la Música popular brasileira (musique populaire brésilienne).

Capture d’écran 2018-10-09 à 15.44.32

  • Les territoires dont le marché de la musique est en fort développement affichent des taux d’adoption de la musique légale très élevé : 96% des consommateurs chinois et 96% des consommateurs indiens écoutent légalement la musique.
  • Les services de partage de contenus dominent toujours la consommation : près de la moitié du temps d’écoute de la musique à la demande est effectué sur YouTube.
  • La violation des droits d’auteurs et droits voisins reste un problème majeur : plus d’un tiers (38%) des consommateurs accèdent à la musique par des voies illicites – le stream ripping étant la pratique la plus répandue (32% des consommateurs l’utilisent et 47% des 16 – 24 ans).

Capture d’écran 2018-10-09 à 15.45.42

Consulter l’étude