EUROPE FOR CREATORS lance une campagne pour défendre la directive européenne sur le droit d’auteur

EUROPE FOR CREATORS, un rassemblement de citoyens, de créateurs et d’organisations luttant en faveur de la directive sur le droit d’auteur, lance aujourd’hui un vaste mouvement qui appelle les citoyens et les décideurs à prendre part au débat et à faire entendre leur voix.

europe_for_creators_650

Cette campagne vise à combattre la désinformation en expliquant les enjeux et l’importance d’un vote en faveur de la directive européenne sur le droit d’auteur le 12 septembre.

Faire de la pédagogie et mobiliser les défenseurs pour corriger le transfert de valeur

Dans un contexte d’astroturfing et de campagne massive de lobbying, il est urgent de faire de la pédagogie sur les enjeux de la directive. L’article 13 exigera que les plateformes numériques négocient des accords de licence équitables avec les titulaires de droits d’auteur. C’est le cœur du sujet que les géants du web comme Google et Facebook veulent dissimuler.

« Les puissances économiques numériques continuent de faire d’énormes profits alors que les artistes peinent à vivre de leur activité. Le rapport entre les revenus générés par les plateformes web et l’argent qu’elles versent aux créateurs, à l’origine de leur succès, est totalement faussé », déclare Véronique Desbrosses, directrice générale du Groupement européen des Sociétés d’Auteurs et Compositeurs (GESAC).

Quels sont les enjeux de la Directive ?

  1. La créativité. Alors que le débat actuel s’est cristallisé sur les « mèmes » et les « Gifs », ces formes d’expression créatives sont déjà protégées par la législation existante et ne seront pas affectées par la nouvelle directive.

 

  1. La transparence. Les accords de rémunération que les plateformes numériques ont conclu avec les créateurs de contenu sont opaques. Ces plateformes ne publient pas de chiffres sur cet aspect de leur activité et les accords conclus avec les titulaires de droits d’auteur sont scellés par des accords de confidentialité. La directive permettra de rétablir la transparence.

 

  1. L’équité. Les plateformes en ligne gratuites ont profité d’un manque de cohérence de la loi. D’autres services en ligne similaires n’ont pas les mêmes obligations. Le résultat est clair : les plateformes de streaming gratuites paient les créateurs de contenu 10 fois moins cher que les plateformes payantes.

 

« L’industrie créative et culturelle dans l’Union européenne représente 536 milliards d’euros par an, soit plus que le chiffre d’affaires combiné des secteurs de l’automobile et des télécommunications, et il est responsable de 12 millions d’emplois. Nous avons enrichi la vie des Européens, et maintenant nous appelons l’Europe à agir », ajoute Véronique Desbrosses.

DmAdDXCX4AA4hvCLancement d’EUROPE FOR CREATORS

Le lancement du mouvement est la première étape d’une mobilisation massive autour de la directive. Dans les semaines à venir, ce mouvement réunira des organisations, des défenseurs de la directive et des citoyens européens pour rallier les députés à la cause de tous les créateurs. Les premières actions de ce mouvement incluront :

 

  • Une lettre ouverte qui sera envoyée à tous les membres du Parlement pour les rallier au mouvement.
  • Des débats qui seront organisés à travers l’Europe le 5 septembre par la société d’auteurs et d’autres organisations, pour faire de la pédagogie auprès des citoyens, des artistes et des créateurs. Ces discussions coïncideront avec la publication du nouveau texte de la directive.
  • Des événements clés qui auront lieu dans plusieurs villes européennes avant le vote du 12 septembre. 

EUROPE FOR CREATORS a lancé un site web dédié et un fil Twitter pour partager des informations sur la directive et encourage les défenseurs à faire entendre leur voix. Pour en savoir plus sur EUROPE FOR CREATORS, rendez-vous sur le site www.europeforcreators.eu ou suivez la conversation sur Twitter @EUForCreators via #EuropeForCreators.


 

L’appel du Palais Royal !

Participez au Grand rassemblement des créateurs et des citoyens, jeudi 6 septembre à 11h au Palais Royal (Colonnes de Buren).
Inscrivez-vous !


Le Manifeste

Appel à tous les citoyens

C’est peut-être invisible. Vous n’en entendez peut-être pas parler tous les jours aux actualités. Mais ne vous y trompez pas, l’Europe est engagée dans un nouveau type de bataille, une lutte contre la domination des géants de l’Internet.

La prochaine victime ? La culture. Votre culture.

Les puissances économiques numériques continuent à en tirer profit tandis que les artistes qui travaillent peinent à joindre les deux bouts. Parce qu’ils n’ont pas leur mot à dire et que l’utilisation de leur art n’est pas correctement payée, les artistes actuels souffrent et les rêves des futurs créateurs sont en train de disparaître. L’écart entre les revenus générés par les plateformes numériques et l’argent reversé aux créateurs à l’origine de leur succès trahit un partage inéquitable.

Mais ce ne sont pas que les revenus des créateurs qui sont en jeu, c’est aussi notre démocratie. Le 12 septembre, le Parlement européen votera pour décider du sort de la directive européenne sur le droit d’auteur. Cette directive n’est pas seulement une réglementation de plus, mais un outil nécessaire pour lutter à armes égales avec les puissantes entreprises numériques qui refusent de respecter les règles. En tant que citoyens européens, nous nous trouvons à un tournant historique et devons répondre à la question suivante : quelle Europe voulons-nous ? Une Europe forte qui défend les droits de ses citoyens ou une Europe qui cède aux caprices des entreprises ?

La bataille contre la directive européenne sur le droit d’auteur n’est qu’un nouvel exemple des tentatives des géants de l’Internet de profiter de l’Europe et des Européens. Le soutien citoyen à la campagne contre les droits d’auteur a été exagéré à l’aide d’outils automatisés et de robots. De réelles préoccupations ont été soulevées à propos de ce texte et, au bout du compte, nous partageons le même objectif : faire en sorte que l’Internet reste un espace libre pour exprimer notre créativité et nos opinions.

Le débat actuel tourne autour des « memes » et des « GIF » (qui ne sont pas concernés par la nouvelle directive), alors que ce vote a une portée tellement plus grande. Nous savons que ce vote touche au cœur du fonctionnement démocratique européen. Mais nos députés le savent-ils ?

Nous sommes Europe for Creators. Nous représentons quelque douze millions d’emplois dans les secteurs culturels et créatifs européens. Nous sommes des personnes et non des robots. Rejoignez-nous dans notre combat pour permettre à la culture de s’épanouir afin que nous puissions continuer à vous divertir, à vous enrichir et à vous inspirer aujourd’hui… et à l’avenir. Partagez ce site pour faire passer le mot. C’est maintenant qu’il faut agir. Nous n’aurons pas d’autre chance.

À propos de nous

Europe for Creators réunit des citoyens, des créateurs et des organisations engagés dans la lutte en faveur de la directive sur le droit d’auteur. Nous représentons des créateurs et des détenteurs de droits européens, dont des auteurs, des compositeurs, des musiciens, des chanteurs, des peintres, des sculpteurs, des réalisateurs, des producteurs, des journalistes, des écrivains, des scientifiques et des universitaires, responsables des plus de douze millions d’emplois associés à l’industrie de la création. Ensemble, nous lançons une campagne pour expliquer pourquoi et comment nous avons besoin du soutien de nos compatriotes européens pour renforcer la culture et la démocratie dans l’Union.