SNEP : un signal positif de la ministre de la Culture au Midem

Suite aux Midem, les producteurs phonographiques du SNEP retiennent trois chantiers prioritaires évoqués par la ministre à Cannes.

logo-snep

« Cette première rencontre avec les professionnels de la musique constitue indiscutablement un signal positif pour la filière musicale et illustre une volonté de travailler activement ensemble au rayonnement de ce secteur d’avenir et d’excellence pour la culture française », a déclaré Guillaume Leblanc, directeur général du SNEP.

Rappelant le contexte de mutation dans lequel les les maisons de disque se trouvent et les perspectives de marché encourageantes avec l’essor du streaming, le SNEP a retenu trois chantiers évoqués par Françoise Nyssen :

  • Statut de l’hébergeur
    Afin de garantir la juste rémunération des acteurs de la création sur les plateformes de musique en ligne, il est indispensable de clarifier le statut de l’hébergeur, dans le cadre de la réforme de la directive sur le droit d’auteur, dans la droite ligne des efforts déployés par la France depuis plusieurs années sur ce sujet.
  • Droits de propriété intellectuelle sur Internet
    Le soutien à la création et à la diversité culturelle passe également par une politique plus ambitieuse en matière de protection des droits de propriété intellectuelle sur Internet, notamment à l’attention des sites faisant commerce de contenus illicites.
  • Rayonnement international
    La musique est enfin un formidable vecteur d’influence et de rayonnement pour notre culture, ce qui justifierait que les pouvoirs publics s’engagent dans une politique volontariste de soutien du développement de la carrière internationale de nos artistes.

Les producteurs du SNEP précisent qu’ils continueront à « être force de proposition pour promouvoir un secteur dynamique qui incarne l’excellence de la culture française et participe à l’attractivité du territoire et à l’éducation artistique et culturelle de nos concitoyens ».