Acheter de la musique

Existe-t-il de la musique gratuite ?

Il arrive que l’on parle de « musique gratuite » quand on évoque un concert ou un site d’écoute en streaming. En réalité, il s’agit d’un raccourci : la consommation légale de musique est nécessairement payante, même si ce n’est pas toujours le public qui en assume directement le coût.

Pour rester autorisée, la musique dite gratuite qu’il vous arrive d’écouter ou d’utiliser implique nécessairement que quelqu’un rémunère les ayants droit en votre nom.

Ainsi par exemple, il peut exister des concerts gratuits. Mais dans ce cas, c’est généralement la ville, la région, ou un sponsor qui rémunère les artistes, les musiciens, les techniciens… A moins qu’il ne s’agisse d’amateurs jouant leur propre musique.

Le téléchargement non contrôlé est préjudiciable aux artistes (auteurs, compositeurs et interprètes) qui vivent de leur musique. Les concerts, tout en étant une source de revenu pour les artistes, ne suffisent généralement pas à financer une carrière, parce que les tournées sont courtes et que les dépenses occasionnées dépassent souvent les recettes. Et l’argument qui consiste à dire que les artistes gagnent souvent des sommes considérables est fallacieux : ils sont finalement peu nombreux au regard de la multitude d’auteurs, de compositeurs, de chanteurs et de musiciens qui ne retirent que des revenus modestes de leur art.

Pourquoi faut-il acheter la musique ?

Pour qu’une musique existe, il faut qu’il y ait au départ un compositeur, éventuellement un auteur. S’ils ne sont pas rémunérés pour les œuvres qu’ils créent (il s’agit souvent de leur seule source de revenus), ils n’ont plus les moyens de vivre, et donc de créer.

Par ricochet, ne pas payer la musique, c’est remettre en cause toute la filière musicale. Cette dernière a besoin d’investir en permanence afin de développer les carrières des artistes sur le long terme et de permettre à de nouveaux talents de trouver leur public.

Au-delà les créateurs, s’il y a de moins en moins de musique vendue, des centaines de milliers d’emplois sont menacés qui, à tous les échelons, participent à la filière musicale.

Ainsi, le public doit comprendre que s’il veut faire vivre la création, c’est-à-dire soutenir les auteurs et les compositeurs pour avoir le choix dans la diversité, respecter la carrière des artistes qu’il aime, rester fidèle à leurs propres choix, il doit le faire en allant les écouter en concert, en achetant leurs albums ou en se connectant à des sites autorisés et légaux.