Interprète

Chanteur, musicien, chef d’orchestre, chef de choeur, quel que soit le genre de musique qu’il joue, l’artiste-interprète est le porte-voix de l’oeuvre, celui qui lui permet d’être entendue, appréciée par le public.

L’artiste y apporte sa touche personnelle, artistique, émotionnelle. Parmi les interprètes, il y a les « solistes » ou « principaux » et les interprètes « d’accompagnement » ou « d’ensemble ».

Quand il est également auteur de ses chansons ou de la musique qu’il joue, on parle d’auteur compositeur interprète.

En qualité d’interprète, les sources de sa rémunération correspondent à ses activités sur scène ou lors de l’enregistrement.

Le code de la propriété intellectuelle accorde à l’artiste-interprète « le droit au respect de son nom, de sa qualité et de son interprétation ». Ce droit est « inaliénable et imprescriptible et attaché à la personne» de l’interprète. Les artistes-interprètes sont ainsi bénéficiaires de droits voisins du droit d’auteur.

A la différence des artistes d’accompagnement les interprètes principaux touchent des redevances (royalties) sur les ventes de supports phonographiques. Le pourcentage reçu par les artistes est issu des négociations avec le producteur.

En sus de leurs rémunérations « directes », les interprètes bénéficient d’une rémunération via des droits « indirects » lors de l’exploitation de l’enregistrement.

L’artiste-interprète peut avoir un agent ou un manager, il peut produire lui-même ses disques (auto-production) ou travailler avec un producteur phonographique, et quand il monte sur scène, il est rémunéré par le producteur de spectacles.

Pour en savoir plus :