Étude sur la situation économique des disquaires indépendants en France

Le ministère de la Culture publie une étude sur la situation économique disquaires indépendants en France métropolitaine qui vise à mieux appréhender les difficultés rencontrées par cette profession.

Cette observation a été lancée par la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) du ministère de la Culture, en partenariat avec le CALIF, la Fédération nationale des labels indépendants (FELIN) et l’Ensemble Paris emploi compétences (EPEC).
Elle révèle un ensemble de données sur le profil des disquaires, ainsi que sur les activités et l’implantation de ces commerces.

Les chiffres clés :

La localisation

334 disquaires indépendants sont en activité, répartis de manière plus ou moins homogène sur le territoire avec néanmoins une forte concentration dans les agglomérations.

capture_d_e_cran_2017-04-25_a_11.56.38-1645f

Le responsable

Le responsable est majoritairement un homme (90%) de plus de 45 ans (58%) qui a eu des expériences professionnelles extrêmement variées avant d’être disquaire (86%). Dans 68% des cas, il est gérant du magasin ; et dans 78% des situations, il s’agit d’un gérant non-salarié.

capture_d_e_cran_2017-04-25_a_11.57.01-e8e1d
L’activité

Leur chiffre d’affaires moyen est de 100 000€, auquel contribue à hauteur de 70% la vente de vinyles.
La profondeur des catalogues (5 000 références en valeur médiane) et la richesse des styles représentés démontrent le rôle important des disquaires indépendants dans la promotion de la diversité musicale.

capture_d_e_cran_2017-04-25_a_11.57.18-c268e capture_d_e_cran_2017-04-25_a_11.57.34-3db90

Les activités annexes

Indice à la difficulté économique des disquaires : dans 80% des cas, ils ne se limitent pas à la vente de produits musicaux.

capture_d_e_cran_2017-04-25_a_11.57.49-81595

 

 

 

LIRE L’ÉTUDE DANS SON INTÉGRALITÉ