ADAMI : les chiffres clés 2016

Tous droits confondus, l’activité financière de l’ADAMI en 2016 enregistre une croissance régulière dans un contexte où la gestion collective des droits des artistes-interprètes est stabilisée.

adami1

La perception des droits voisins des artistes représentés par l’ADAMI continue de croître et atteint un volume de 89,41 millions d’euros en 2016, soit une augmentation de plus de 9 % en un an (des régularisations de litiges relatifs à la copie privée expliquent en grande partie la hausse constatée).

Si l’on distingue les sources de perception, on constate cependant que ce sont les droits pour copie privée et les droits exclusifs qui entraînent cette croissance :

  • La rémunération pour copie privée : 49,6 millions d’euros, soit une augmentation de 14,3 %.
  • La rémunération équitable : 27,5 millions d’euros, soit une augmentation de 0,6 %.
  • Les droits exclusifs : 7,5 millions d’euros, soit une augmentation de 23,7 %.
  • Les droits internationaux : 4,9 millions d’euros, soit une augmentation de 5,1 %.

En matière de répartition des droits aux artistes-interprètes, 51,1 millions d’euros ont été répartis de manière individuelle et directe à près de 80.000 artistes-interprètes (+ 4,9 %) pour 255.109 œuvres sonores et 27.628 œuvres audiovisuelles.

Ces montants proviennent :

  • de la copie privée pour 24,2 millions d’euros (+ 3,8 %)
  • de la rémunération équitable pour 16,3 millions d’euros (+ 6,6 %)
  • des droits exclusifs pour 6,6 millions d’euros (+ 49,6 %)
  • des droits internationaux pour 2,9 millions d’euros (+ 36,5 %)

Par ailleurs, 17,8 millions d’euros distribués par le conseil d’administration et les commissions artistiques (+ 19,2 %), avec près de 24.500 artistes ont bénéficié de cette répartition indirecte.